L’ANIMAL EN PATRIMOINE JOURNÉE D’ÉTUDE DES ÉLÈVES-CONSERVATEURS DE L’INP

PLUS VIF QUE MORT !

Mardi 16 avril 2019, de 9h à 17h

Événement Facebook

Si les animaux habitent l’imaginaire des hommes, ils peuplent également les institutions culturelles, tantôt considérés comme des créatures « nuisibles », tantôt valorisés comme objets de collection ou supports de création artistique. La présence d’animaux vivants dans le cadre de lieux patrimoniaux a souvent été approchée sous l’angle unique de la nuisance, et ce au détriment d’une analyse plus vaste de leur cohabitation avec les visiteurs et les professionnels du patrimoine. 

De cette rencontre entre le naturel et le culturel, entre le vivant et le patrimonial, naît une relation complexe qui pose de nombreuses questions pratiques, éthiques et philosophiques. Quelle est la place de l’animal vivant dans ce contexte et son rôle dans l’évolution des politiques culturelles ? Comment les pratiques professionnelles de conservation et d’exposition intègrent-elles sa présence, voire en tirent profit ? Ces question-nements invitent à envisager de nouvelles formes d’interactions avec l’animal. En dépassant le simple rapport d’éradication ou de valorisation touristique et génétique, il s’agira de s’intéresser à la relation quasi symbiotique qui lie l’homme à l’animal au sein d’espaces patrimoniaux perçus comme autant d’écosystèmes vivants.

 

Matinée

8h45: accueil
9h00 – 9h30 : introduction

Session 1 : De la chaîne du vivant à la chaîne patrimoniale : l’entrée en collection de l’animal vivant

9h30 – 10h15 : « La dimension patrimoniale d’un conservatoire génétique national pour la race ovine Mérinos de Rambouillet »
– Roland DELON, directeur de la Bergerie nationale de Rambouillet
– Henri PINOTEAU, responsable du pôle Agriculture aux Archives nationales

10h15 – 10h45 : « Encadrement règlementaire de la présentation du patrimoine vivant : un objectif, préserver la biodiversité »
– Dominique DUCHÉ, directeur de l’aquarium tropical du Palais de la Porte dorée

Session 2 : De la condition animale à la valorisation patrimoniale : l’animal en exposition et son public

11h15 – 11h45 : « La vie sociale des animaux de zoo en Afrique de l’Ouest »
– Julien BONDAZ, maître de conférences en anthropologie à l’Université Lyon 2

11 45 – 12h15 : « Venenum in vivo : comment exposer le vivant au Musée des Confluences (Lyon) »
– Christian Sermet, responsable du service des expositions au Musée des Confluences de Lyon
– Nathalie Candito, responsable de l’évaluation et des études au Musée des Confluences de Lyon

12h15 – 12h45 : « Des fourmis aux rhinocéros : intérêts et contraintes de la présentation du patrimoine vivant au public »
– Luc GOMEL, directeur du parc zoologique du Lunaret à Montpellier

13h- 14h30 : Déjeuner libre

Après-midi

Session 3 : De l’animal sacrifié à l’animal sublimé : l’animal vivant dans l’art contemporain

14h30- 15h00 : « Les conservateurs sont-ils des soigneurs ? Les artistes sont-ils des éleveurs ? Quelques hypothèses à propos des doublures d’insectes en contexte muséal »

– Cyrille BRET, professeur d’histoire de l’art

15h – 15h30 : « Exposer le vivant : retour d’expérience au Musée d’arts de Nantes »
– Céline RINCÉ-VASLIN, responsable des collections du Musée d’arts de Nantes

15h30- 15h45 : Pause

15h45 – 16h15 : « Une mise en présence du vivant en et pour lui-même. Les enjeux d’une rencontre avec l’animal dans un contexte artistique et muséal »
– Joshua DE PAÏVA, doctorant en philosophie esthétique

16h15 – 16h30 : échange avec la salle

16h30 – 17h : Table ronde : « Le patrimoine peut-il contribuer à la sauvegarde du vivant ? »

17h- 18h : Visite du musée de la Chasse et de la Nature

© D.R.
PARTAGER