VIDÉOFOREVER

OCÉAN

MERCREDI 4 MAI, À 19H30

« Je te salue, vieil océan ! » Dans ses Chants de Maldoror, Lautréamont, on s’en souvient, salue l’océan, immense, considérable, pour le comparer à l’homme, minuscule, mesquin. Reste que l’homme, sur l’océan, a pris de multiples pouvoirs, au point de l’instrumentaliser.
Espace politiquement contraint, parcouru en tous sens, vidé de ses richesses, l’océan devient un périmètre propice aux images grises souvent, sauvages plus rarement.

© Evangelai Kranioti
PARTAGER