MIRCEA CANTOR

Vânătorul de imagini

DU 15 JANVIER 2019 AU 31 MARS 2019


Vânătorul de imagini

Mircea Cantor, Aquila non capit muscas (« The eagle doesn’t hunt flies ») 3min 40 sec, color, HD video – Courtesy of the artist and VNH Gallery, Paris

INFORMATIONS PRATIQUES

62, rue des Archives
75003 Paris
Le musée est ouvert tous les jours sauf le lundi et les jours fériés, de 11h à 18h, de 11h à 21h30 le mercredi.
Plein tarif : 8 euros
Tarif réduit : 6 euros

Communiqués de presse :
Télécharger le PDF en Français
Télécharger le PDF en Anglais

À PROPOS

Commissaire
Claude d’Anthenaise

Vernissage public
Le mercredi 16 janvier 2019, de 18h à 21h30, entrée libre
Voir l’événement Facebook

CONTACT

Communication du musée de la Chasse et de la Nature
Ugo Deslandes
tél. 01 53 01 92 40
u.deslandes@chassenature.org

RELATIONS AVEC LA PRESSE

Alambret Communication
Angélique Guillemain
angelique@alambret.com
Leila Neirijnck
leila@alambret.com
Tél. 01 48 87 70 77
www.alambret.com

VISITES CONFÉRENCES

INSCRIPTION
visite@chassenature.org

Mardi 26, mercredi 27, jeudi 28 février,
Vendredis 1er et 8, mardi 5, mercredi 6, jeudi 7 mars,
de 11h à 12h.

Visite-conférence sous la conduite d’un conférencier, visite de l’exposition temporaire Vânătorul de imagini de Mircea Cantor.

10 € / participant, inscription obligatoire.

ENFANTS & FAMILLES

INSCRIPTION
visite@chassenature.org

Programme

NOCTURNES AUTOUR DE VÂNĂTORUL DE IMAGINI

La Fête de l’Ours
Le 21 février 2019, à 18h

Avant première de « Chasseurs »
Mercredi 27 février 2019, à 19h30

Continuum
Jeudi 7 mars 2019, à 20h

Drawing cand ard cu mastile deodata
Jeudi 28 mars 2019, à 18h

PARTENAIRES

MANIFESTATION ORGANISÉE DANS LE CADRE DE LA SAISON FRANCE-ROUMANIE 2019

COMITÉ DES MÉCÈNES DE LA SAISON FRANCE-ROUMANIE 2019

PARTENAIRES PRESSE

Dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2019 qui vient célébrer le centenaire de la création de la Roumanie moderne et coïncide avec la Présidence roumaine du Conseil de l’Union européenne, le musée de la Chasse et de la Nature offre une carte blanche à l’artiste Mircea Cantor.

Mircea Cantor (né en 1977), artiste de renommée internationale et figure majeure de l’art contemporain roumain, a remporté le Prix de la Fondation d’entreprise Ricard en 2004, puis le prestigieux Prix Marcel Duchamp en 2011. Son enfance, passée dans un pays de régime communiste, et ses souvenirs personnels constituent le point de départ de la plupart de ses oeuvres. Ses productions s’attachent à souligner les différences sociales et les frontières subsistant entre les pays. La recherche formelle et esthétique de ses vidéos et de ses installations se combine avec un engagement poétique se traduisant par des gestes simples, mais d’une valeur universelle.
Pour sa « carte blanche » au musée de la Chasse et de la Nature, Mircea Cantor s’intéresse à la notion de « territoire ». Ce thème est au coeur de la rencontre du prédateur et de sa proie qui inspire son récent film (Aquila non capot muscas 2018) où l’on voit un aigle en train de chasser un drone. Dans un autre film (Deeparture 2005) on assiste à la tension montante entre un loup et une biche se côtoyant dans l’espace artificiel d’un « white cube ». Mircea Cantor est également sensible à la relation très particulière que la tradition vernaculaire de son pays natal a développé avec les animaux sauvages. La faune abondante et diversifiée (ours, loups, oiseaux migrateurs…) qui habite les vastes étendues de la Roumanie, depuis les forêts des Carpates jusqu’aux terres marécageuses du delta du Danube, inspire certaines fêtes traditionnelles et la production d’objets qui leur sont destinés. Au cours des siècles la culture chrétienne a intégré les anciens rites païens qui ressurgissent notamment à l’occasion des colinde ou fêtes de fin d’année. Ces rites vont servir de fil conducteur à Mircea Cantor pour l’exposition qu’il organise à travers les salles du musée, comme si celui-ci devenait le territoire d’une étrange parade. En « chasseur d’images » ou vânătorul de imagini, il collecte des objets et des oeuvres et les dispose d’une manière qui leur donne un sens nouveau. Empruntant des objets d’art populaire au Musée du Paysan roumain de Bucarest, commandant à ses amis artistes de Roumanie des oeuvres sur le thème de la chasse, il mélange ces « ready-made » d’un genre particulier à ses propres oeuvres dans une scénographie qui vient jouer avec les collections permanentes du musée.

Partager


 
close-link