Cette tête dotée d’une corne en spirale est celle d’un coq mort à la ménagerie du Museum national d’Histoire naturelle en 1865. Il porte une tête dite « bizarde », terme qui désigne habituellement les cervidés pourvus de ramures biologiquement malformées. L’intérêt pour les curiosités a marqué le XVIe siècle. On étudie depuis cette époque les malformations, et notamment les bois difformes des animaux.

La science a aujourd’hui démontré que l’ensemble des anomalies qui les concernent peuvent être d’ordre génétique, hormonal, traumatique, alimentaire, parasitaire, climatique ou infectieux.