Téléchargements

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNICATION

Responsable de la communication du musée de la Chasse et de la Nature
Ugo Deslandes
tél. 01 53 01 92 40
u.deslandes@chassenature.org

RELATIONS AVEC LA PRESSE
Alambret Communication
Angélique Guillemain
angelique@alambret.com
Leila Neirijnck
leila@alambret.com
Tél. 01 48 87 70 77
www.alambret.com

Les sculptures de Rodolphe Hammadi, qu’il nomme « mes armes », trouvent toutes leur origine dans une branche d’arbre, un de ces morceaux jugés inutiles du végétal, de ceux que l’on taille avant l’hiver, que l’on jette ou que l’on brûle…

Au terme d’un patient travail de glanage d’objets divers, l’artiste agence le fruit d’une cueillette, urbaine cette fois, sur la pièce de bois ramassée, polie et sculptée. Inspiré par les horizons lointains et plus encore par les civilisations du passé, le présent et l’avenir de la planète, Rodolphe Hammadi construit ses armes comme on forge l’armure qui protège des fracas du monde. Les armes exposées dans la salle des Trophées voisinent avec les carabines fabriquées en Europe et les fusils de provenance japonaise, persane ou indienne de la collection. Sous le regard des animaux exotiques qui saturent les murs de la salle, on pense à l’art d’Afrique et aux amulettes, on se rappelle les lignes brésiliennes ou les bois sacrés de Guinée.
La liste des objets mis en œuvre pour chaque arme, consciencieusement établie par l’artiste, est énoncée au public comme le ferait un ethnologue en mission. Le visiteur reconnaitra le morceau de corail de Nouvelle Calédonie, l’os de bœuf, les perles de jais, la branche de hêtre ou de tilleul, le cuir de veau…

Rodolphe Hammadi est né en 1958. Il vit et travaille à Marseille.

Informations pratiques

62, rue des Archives 75003 Paris
Le musée est ouvert tous les jours sauf le lundi et les jours fériés,
de 11h à 18h, de 11h à 21h30 le mercredi.
Plein tarif : 8 euros
Tarif réduit : 6 euros

L’exposition est présentée dans le cadre du programme Les Sculptures nomades de Rodolphe Hammadi, en partenariat avec l’institut du Monde arabe, la galerie Sponte, Paris, et l’association ECUME.