La chasse à courre avec des lévriers était une pratique très prisée des veneurs en Europe au XIXe siècle, mais interdite en France à partir de 1844, date de création du permis de chasse.

Chiens d’origine ancienne, vraisemblablement issue d’Afrique du Nord, les lévriers doivent leur nom à leur proie de prédilection : le lièvre. Ces chiens sont parmi les plus rapides et les plus endurants lorsqu’il s’agit de poursuivre un animal qu’ils repèrent à la vue. La chasse au lévrier se pratique en effet sans fusil. 

Apprécié pour sa vélocité et son intelligence, le lévrier est aussi un compagnon fidèle, présent dans l’ensemble des cours d’Europe dès le Moyen- Age comme en témoignent enluminures et récits des XIV et XVe siècle, notamment le plus célèbre de l’art cynégétique ; Le Livre de chasse de Gaston Phoebus, comte de Foix , rédigé entre 1387 et 1389 , dont la copie la plus ancienne datée de la fin du XIVe siècle est conservée à la Bibliothèque nationale de France.

Ce tableau, peint à Paris par le peintre anversois Charles Verlat, fut présenté hors concours au Salon de 1866.