Au Moyen-Age et à la Renaissance, le loup est considéré comme un animal nuisible. Associé aux guerres et aux épidémies, sa présence est perçue comme une véritable menace qui perturbe les activités pastorales et agricoles. Le loup s’apparente en outre à une créature du Malin. Dans ce contexte, tous les moyens sont bons pour le détruire. Charlemagne est le premier à mettre en place une institution officielle, la louveterie, destinée à enrayer sa propagation.

Cette tapisserie illustre la violence qui accompagne sa traque. Tissée au XVIe siècle dans les Flandres, elle figure un cavalier et des chasseurs à pied entourant un loup pris dans un filet. Les chasseurs mettent à mort l’animal à l’aide de leurs épieux. L’un des chiens – au premier plan – porte une jaque (manteau rembourré destiné à le protéger des morsures de l’animal).