Antoine-Louis BARYE

TIGRE DÉVORANT UN GAVIAL


TIGRE DÉVORANT UN GAVIAL

Le XIXe siècle constitue l’âge d’or du bronze animalier. Le mouvement romantique qui rejette l’ordre établi par l’Académie trouve en effet dans la représentation animale une illustration de sa révolte. Antoine-Louis Barye, sculpteur spécialisé dans la figuration de combats animaliers, s’inscrit dans ce courant. L’animal est élevé au rang de sujet et non plus relégué comme simple élément de décor. N’ayant jamais voyagé, Barye se rend régulièrement au Jardin des Plantes afin de produire des croquis d’animaux. Accompagné de son ami le peintre Eugène Delacroix, il dissèque des animaux morts afin de retranscrire leur anatomie de manière fidèle. Le plâtre dont est issu ce bronze représente un tigre mordant la queue d’un gavial. Il correspond à son premier succès lors du Salon de 1831. Fidèle aux ambitions du sculpteur, l’œuvre évoque le moment le plus tragique d’un combat animalier, celui où le prédateur dévore sa proie qui se défend encore dans un dernier instinct de survie. Ce motif a été repris plusieurs fois par Barye. Le musée du Louvre et le musée de Valenciennes abritent des sculptures similaires aux proportions doubles. Préférant le bronze au marbre ou à la pierre, Barye travaille lui-même la patine ou « couleur » du matériau. Formé par un graveur d’acier à l’âge de treize ans, Barye entre aux Beaux-Arts de Paris en 1818. Conseillé par le peintre Antoine-Jean Gros et le sculpteur François-Joseph Bosio, il se spécialise très vite dans la sculpture animalière en bronze de toutes tailles. Malgré son talent, il n’est pourtant que très peu exposé. Les animaux sont en effet jugés indignes de figurer au Salon (exposition des artistes vivants organisée périodiquement à Paris). A la fin de sa vie, devenu artiste favori de Ferdinand-Philippe d’Orléans et de Napoléon III, Barye reçoit la Légion d’Honneur.

A propos

Tigre dévorant un gavial - Antoine-Louis BARYE (1796-1875) - France, vers 1845 - Bronze patiné, 20 x 51 cm - Inv. OA 5754

Partager

L’actualité du Musée



 
close-link