Jean-Luc BICHAUD

SOUFFLER N’EST PAS JOUER


SOUFFLER N'EST PAS JOUER

Le plasticien Jean-Luc Bichaud puise son inspiration dans la nature. Entre autres expériences, il greffe des éléments du vivant afin de constituer des êtres hybrides. Nichoirs, flotteurs de pêche ou encore jardinières constituent l’univers à la fois terrestre et aquatique de l’artiste. Ici, il s’intéresse aux appeaux, instruments utilisés par les chasseurs pour tromper le petit gibier et composés à l’origine à partir de noyaux d’olive, de cerise, d’éclats de bois ou d’écorce, de plumes ou encore de coquilles d’escargot. Cette collection de cinquante appeaux, accompagnés de cartels didactiques, constitue une sorte d’inventaire de chants d’oiseaux peuplant la forêt. Théoriquement destinés à être joués, les petits instruments aux formes bizarres sont censés reproduire les chants réels ou imaginaires de l’avifaune européenne. Ils se prêtent à un jeu plastique et phonétique. Jean-Luc Bichaud détourne les codes scientifiques de la muséographie. Il a en réalité rassemblé des instruments hétéroclites sans vocation acoustique : alambic, pomme d’arrosoir, seringue, etc. Conçu comme un leurre, cet assemblage suspect incite le visiteur à rester aux aguets et à endosser le rôle d’un gibier ou d’un oiseau, trompé par un son mécanique.

A propos

Souffler n’est pas jouer - Jean-Luc BICHAUD (né en 1960) - France, 2006 - Bois, métal et peau - Inv. 006 159

Partager

L’actualité du Musée



Jean-Luc BICHAUD

SOUFFLER N’EST PAS JOUER


SOUFFLER N'EST PAS JOUER

The visual artist Jean-Luc Bichaud draws his inspiration from nature. Among other experiences, he grafts elements of the living in order to create hybrid beings. Nest boxes, fishing floats and window boxes make up the artist’s world that is both earthly and aquatic. Here, he is interested in bird calls, instruments used by hunters to trick small game and originally made from olive and cherry stones, pieces of wood or bark, feathers or snail shells. This collection of fifty decoys, accompanied by informative plaques, constitutes a sort of inventory of calls of the birds that live in the forest. Designed in theory to be played, the little instruments with their odd shapes are supposed to reproduce the real or imaginary songs of European birds. They lend themselves to plastic and phonetic interplay. Jean-Luc Bichaud is distorting the scientific codes of museography. In reality he has brought together a motley selection of instruments with no acoustic vocation: a still, a watering can rose, a syringe etc. Designed as a decoy, this dubious assembly entices the visitor to stay on the lookout and assume the role of a bird or game, tricked by a mechanical sound.

A propos

Souffler n’est pas jouer - Jean-Luc BICHAUD (born in 1960) - France, 2006 - Wood, metal and hide - Inv. 006 159

Partager

L’actualité du Musée



 
close-link