Lionel Sabatté

Lionel Sabatté

FROM 7 MARCH TO 4 JUNE 2017


Lionel Sabatté

© Lionel Sabatté. Cliché : Alain Alquier

VISIT-CONFERENCES

In April, from 11 am to 12 pm,
under the guidance with a lecturer :

  • Thuesday 4
  • Wednesday 5
  • Thursday 6
  • Friday 7
  • Thuesday 11
  • Wednesday 12
  • Thursday 13
  • Friday 14 avril

10 € per participant, registration required on
visite@chassenature.org

Darwin’s theory, that made the competition between individuals the principle motor driving evolution, can be viewed as justifying uncontrolled capitalism and colonialism.

In apparent contradiction, the theory of kin selection, developed by the Englishman William Donald Hamilton in 1964, offers an explanation for the appearance, during evolution, of the altruistic behaviour seen in certain organisms in their interactions with other organisms. These altruistic instincts appear to increase with kinship under the influence of natural selection.

In designing his installation for the courtyard of the Musée de la Chasse et de la Nature, Lionel Sabatté was looking to make an explicit reference to this theory from which he has taken the title of his work. It consists of three sculptures: a tree, a human silhouette and a headless animal, that form the poles of a triangular figure. By establishing a harmonious spatial relationship between these three representatives of nature, Lionel Sabatté sought to underline their interdependence. The human and animal figures are made from coloured concrete. Left partially exposed, the metal rods that provide their structure express movement whilst giving an impression of vulnerability that arouses our empathy. Conversely, the tree is directly borrowed from nature as if a form of « ready-made » botany. However, its branches are adorned with a strange flowers artificially made from human skin.

Lionel Sabatté, born in Toulouse in 1975 and a graduate of Beaux-Arts school of fine art in Paris, became known through his use of a variety of normally repulsive materials: dusts collected on subway platforms, organic debris such as dead skin or nail clippings. The virtuosity with which they are shaped creates fascinating yet repulsive works that challenge the objectivity of our aesthetic judgement.

Partager


Lionel Sabatté

Lionel Sabatté

DU 7 MARS 2017 AU 4 JUIN 2017


Lionel Sabatté

© Lionel Sabatté. Cliché : Alain Alquier

VISITES-CONFÉRENCES

Au mois d’avril, de 11h à 12h,
sous la conduite d’un conférencier :

  • Mardi 4
  • Mercredi 5
  • Jeudi 6
  • Vendredi 7
  • Mardi 11
  • Mercredi 12
  • Jeudi 13
  • Vendredi 14 avril

10 € par participant, inscription obligatoire sur visite@chassenature.org

On a pu voir dans la théorie darwinienne, faisant de la compétition entre les individus le principe moteur de l’évolution, une justification du capitalisme et du colonialisme. En apparente contradiction, la théorie de la sélection
de parentèle développée par l’anglais William Donald Hamilton en 1964, permet d’expliquer l’apparition, au cours de l’évolution, d’un comportement altruiste entre organismes. Ces instincts augmenteraient avec l’apparentement, sous l’effet de la sélection naturelle.
En concevant son installation pour la cour du musée de la Chasse et de la Nature, Lionel Sabatté a souhaité se référer explicitement à cette théorie, à laquelle il emprunte le titre de son installation. Elle se compose de trois sculptures : un arbre, une silhouette humaine et un animal acéphale forment les pôles d’une figure triangulaire. En établissant une relation spatiale harmonieuse entre ces trois représentants de la nature, Lionel Sabatté a souhaité signifier leur interdépendance. Les figures humaine et animale sont réalisées en béton teinté. Laissées partiellement apparentes, les tiges de métal qui les structurent expriment le mouvement tout en donnant une impression de vulnérabilité qui suscite notre empathie. À l’inverse, l’arbre est directement emprunté à la nature comme une sorte de « ready-made » botanique. Toutefois, ses branches s’ornent d’une étrange floraison artificiellement constituée de peaux humaines.
Lionel Sabatté, né à Toulouse en 1975 et diplômé des Beaux-Arts de Paris s’est fait connaître en utilisant toutes sortes de matériaux rebutants : poussières collectées sur les quais du métro, débris organiques tels que peaux mortes ou rognures d’ongle. Il les façonne avec virtuosité pour en faire des œuvres fascinantes et repoussantes qui questionnent l’objectivité de notre jugement esthétique.

Partager


 
close-link