FAUCONS PÈLERINS NATURALISÉS


FAUCONS PÈLERINS NATURALISÉS

Selon Christian Antoine de Chamerlat, la fauconnerie, ou chasse au vol, « est l’art de prendre un gibier sauvage, poil ou plume (…) avec la seule aide d’un ou plusieurs oiseaux rapaces spécialement affaités pour ce faire ». Deux faucons pèlerins naturalisés sont présents dans les collections du musée de la Chasse et de la Nature. Ils ont été nommés par leurs propriétaires respectifs Jocaste et Urgande.

Jocaste a appartenu au début du XXe siècle à un chasseur écossais, M. Jack Frick. L’oiseau fut rapidement « réformé » en raison de son prétendu « manque de courage ». Urgande a été offert par M. Fougeron aux Amis du musée de la Chasse et de la Nature en 2003. Les deux rapaces sont présentés avec leurs accessoires : chaperon (capuchon couvrant les yeux de l’oiseau pour le tranquilliser), jets (courtes lanières attachées aux pattes de l’oiseau) et sonnettes (grelots attachés aux pattes et permettant de repérer le rapace lors des parties de chasse). Au cours du XXe siècle, la chasse au vol a connu un certain renouveau.

En 1954, elle est reconnue en France comme mode légal de chasse, notamment grâce à l’action de l’Association Nationale des Fauconniers et Autoursiers de France. En 1972, un arrêté classe tous les rapaces, qui faisaient jusqu’alors l’objet d’abattages massifs, dans la catégorie des espèces protégées. La fauconnerie a par ailleurs été inscrite en 2010 au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO.

A propos

Faucons pèlerins naturalisés (baptisés Urgande et Jocaste) - France - XXe siècle - T 006 2 et T 84 3 2

Partager

L’actualité du Musée



 
close-link