Le safari vu par 11 artistes contemporains

SAFARIS

Du 30 mars au 4 septembre 2016

SAFARIS

Bruce Sargeant, Four Hunters with Trophies, © Mark Beard. Cliché Raphaël Chipault et Benjamin Soligny

À propos

Dossier de presse

 

COMMISSAIRE

Claude d’Anthenaise

 

PARTENAIRES

Exposition présentée avec le soutien du Fonds cantonal d’art contemporain du canton de Genève, de la Ville de Genève et de la Fondation Pro Helvetia, en partenariat avec Art Paris Art Fair.

Artistes présentés :

Richard Barnes

Mark Beard

Ghyslain Bertholon

David Chancelor

Sinje Dillenkofer

Juan Fontcuberta

Christian Gonzenbach

Daniel Horowitz

Agnès Rosse

Nicolas Rubinstein

Dimitri Tsykalov

Que serait la chasse sans les histoires de chasse ? La tradition orale prend en charge ce récit auto-promotionnel depuis la nuit des temps, avant d’être relayée par des écrits abondants au point d’en faire une forme de genre littéraire. La question de l’authenticité des faits relatés n’attend pas la publication des exploits cynégétiques de Tartarin de Tarascon pour se poser. La somme des glorieux et invérifiables récits de chasse publiés est déjà impressionnante quand le célèbre « tueur de lions » se décide à son tour à jouer la surenchère !

Safaris transpose à l’art contemporain l’ambivalence des histoires de chasse et les œuvres de Mark Beard, de Joan Fontcuberta ou encore de Christian Gonzenbach, rassemblées pour l’exposition, investissent le territoire des chasses fictionnelles… Mêlant les peintures aux documents, les photographies aux témoignages, les pièces réunies attestent de l’insatisfaction immémoriale du chasseur à se contenter de la réalité. Enjoliver ou ensauvager le plus banal des terrains de chasse, attribuer au gibier extrême rareté ou menaçant appétit, conférer à la traque d’impalpables élans héroïques ou mystiques, n’est-ce pas aussi la fonction des récits et des images cynégétiques ?

C’est ainsi qu’en convoquant pour leurs œuvres des styles et des techniques héritées du passé, certains des artistes réunis pour Safaris soulignent la tension entre réalité et fiction qui caractérise l’art cynégétique : entre reportage et propagande, chronique et décorum… une obsession à rendre compte qui ne saurait désenchanter.

 

Partager