Pieter BOEL

ETUDE D’UN HÉRON BIHOREAU


ETUDE D’UN HÉRON BIHOREAU

Formé probablement par Jan Fyt, et peut-être aussi par Frans Snyders, l’anversois Pieter Boel, « peintre très bien estimé en animaux », se fixe à Paris vers 1658 où il ne tarde pas à travailler sous la direction de Charles Le Brun. Héritier des grands animaliers flamands, Boel ouvre la voie à ceux de l’école française du XVIIIe siècle : Desportes, Oudry, Bachelier, Chardin…
L’artiste doit en partie à Le Brun cette brillante postérité. En 1668, le directeur de la manufacture royale des Gobelins lui confie l’exécution des cartons de l’ensemble des animaux destinés à figurer au premier plan de la tenture des Mois ou Maisons royales. Inaugurant une pratique que priseront nombre d’artistes animaliers après lui, Boel va puiser son inspiration sur le vif, parmi les animaux rassemblés dans la ménagerie de Louis XIV à Versailles. Sa curiosité va autant aux espèces exotiques qu’aux spécimens autochtones. Ainsi, à considérer la centaine d’espèces différentes que l’artiste a pu immortaliser pour ses cartons, on note qu’un quart relève de la catégorie du gibier européen. On connaît aujourd’hui quatre-vingt-une études de sa main, dont neuf sont déposées au musée de la Chasse et de la Nature.

A propos

Etude d’un héron bihoreau - Pieter BOEL (1622-1674) - Flandres, XVIIe siècle - Huile sur toile, 84 x 80 cm - Dépôt du musée du Louvre - Inv. 4027

Partager

L’actualité du Musée



 
close-link